AU-DELA DES SOURCES DU GANGE

GANGOTRI

Les pèlerins avancent en lente procession vers Gaumukh – la « bouche de la vache » – la source sacrée du Gange. Procession perdue au creux de la vallée encaissée, infime caravane de fourmis dans l’Himalaya.

Ils viennent de toute l’Inde, visages en grain de café du sud luxuriant, teint gris des plaines brûlantes.

Ils viennent de toute l’Inde et arrivent en mule ou à pieds après des jours, des semaines parfois.

J’ignore s’il faut toujours aller aux origines – comme on imaginait le Voyage en Orient les siècles précédents – mais ces sources du Gange me semblent un bon début.

Et à mesure que les heures passes, que les pèlerins se font plus rare, que disparaît la végétation, à mesure que les montagnes se rapprochent je sens qu’ils doit commencer en amont des sources ce voyage. Aller plus loin que le glacier, ce soir, cette nuit, aller au plus loin de cette journée.

(suite dans le prochain article de Gaël, à lire dans vos journaux ou à télécharger sur ce site)

Publicités

Les commentaires sont fermés.